Développer l'innovation managériale

Nous avons eu le plaisir d’organiser une table ronde Mardi 15 Octobre 2019 avec Use Design, Le Village by CA et HDFID (Hauts de France Innovation et Développement) autour d’un enjeu stratégique : pourquoi réinventer la valeur client ?

En voici la synthèse.

Pour en parler :

« La créativité, c’est l’art de relier les choses entre elles » (Steve Jobs)

 

Sofia DA SILVA – Directrice Marketing au sein de GAC

Pour cela le développement des techniques d’intelligence collective dans les entreprises est un moyen très efficace de stimuler l’innovation.L’innovation n’est pas la chasse gardée des départements R&D, l’innovation se trouve à tous les niveaux de l’entreprise et les techniques d’idéation représentent une forme de pollinisation de l’innovation très puissante.

Par ailleurs l’implication des collaborateurs dès le démarrage du processus permet un engagement plus solide et améliore les taux de réussite des nouveaux projets.

Mais l’accélération exponentielle des technologies apporte un dommage collatéral de taille : une difficulté de plus en plus en plus grande à les maitriser.C’est pour cela que la question de la formation est cruciale et essentielle. Le savoir technique sera rapidement remplacé par la machine avec le développement de l’IA.

 Il est nécessaire de favoriser dans l’entreprise et dans l’éducation (à l’école et en tant que parents) la créativité, le sens critique, l’esprit d’équipe, l’esprit collaboratif, l’agilité, l’empathie, la communication…

Et dans l’entreprise, ce changement culturel ne sera possible que si nous laissons la place au droit à l’erreur, au Test & Learn afin de tester rapidement et avoir l’opportunité d’améliorer nos produits et services rapidement (Lean Start Up).

Cela passe forcément par des évolutions des méthodes managériales.

Patrick AVRIL – Directeur Général de Use Design

L’humain est au cœur de toutes les transformations digitales : on doit ré-enchanter une expérience client ou collaborateur. Pour cela, un des premiers leviers est de faire preuve d’empathie envers l’autre, afin de bien le comprendre. Car en effet, mes envies, mes besoins, mes motivations, ma vision du monde, n’est pas celle de l’autre.

Le rôle d’un designer et les méthodologies design sont les parfaits outils pour aborder l’empathie.

On comprend ainsi ce à quoi doit tendre l’innovation, le pourquoi.

Le second levier, est de considérer le comment. C’est à dire par quel moyen je vais pouvoir innover dans mon entreprise.

Au-delà de développer des partenariats avec des startups, de financer et donner des moyens à la R&D, des créer un “Lab d’innovation” ou des “Factory”, l’entreprise va devoir se changer en interne pour accepter ce droit/devoir à l’innovation.

Il faut donc, comme pour les clients, apporter de la valeur aux collaborateurs. L’innovation, tout comme partie du bien-être au travail, passent désormais par le développement des savoir être, et en particulier de l’appétence et la confiance en la créativité, aux processus itératif, à la co-création, au droit à l’échec.

Jean Pierre LEAC – Responsable Entreprises & Startup : Haut de France Innovation

Bernard Stiegler est philosophe et directeur de l’Institut de recherche et d’innovation du centre Pompidou. Il affirme que l’accélération du rythme de l’innovation et son caractère disruptif attaque directement la civilisation.

Avec les nouveaux services numériques, la déstabilisation de nos sociétés est devenue permanente.

Le problème face à la disruption n’est donc pas le progrès technologique, qui a toujours existé, mais son dans rythme effréné.

Notre société n’a plus le temps de se nourrir, de s’adapter et de régénérer sa vie démocratique et intellectuelle. Des nouvelles disruptions émergent en permanence et remettent en cause les cadres de pensée et de vie. Ce  rythme provoque insécurité économique et incompréhension.

L’incubateur The Family a par exemple lancé une campagne de communication sur le thème « les barbares attaquent ».

L’idée est que le monde économique d’aujourd’hui ne serait composé que de citadelles à assiéger, de rentes de situation absolument injustifiées qu’il s’agit de détruire (dans la santé, l’éducation, le transport, les ressources humaines, la finance, l’agriculture, les relations amoureuses, …).

ll s’agit, derrière le vernis « nouveau monde » et gentiment « startup », d’une vision profondément violente et prédatrice de la société.

Si l’on veut traiter éthiquement de l’innovation, il faut ralentir le rythme et veiller à l’appropriation démocratique des enjeux des innovations.

Dans le contexte de nos sociétés évoluées, une ressource est fournie par les théories de la participation démocratique, qui visent à redonner une place à la parole des citoyens.

Franck BIEHLER – Responsable Accompagnement des Startup : Village by CA

L’humain devient la clé de la réussite de toutes ces entreprises en mutation.

Même si l’IA va nous remplacer dans certaines tâches, elle sera avant tout un outil pour développer l’humain 2.0, l’homme augmenté (Luc Julia, VP Innovation Samsung « L’intelligence Artificielle n’existe pas ».

Les RH ont un challenge à relever en replaçant l’humain, le salarié au centre des préoccupations de la société. Cela implique de revoir les méthodes de management (aplanir les pyramides), de créer des environnements de travail plus chaleureux.

Le bureau traditionnel est mort, il faut créer des nouveaux univers de travail : Canapés, chaises hautes, poufs… afin que les salariés puissent passer d’un endroit à l’autre. Des études démontrent que cela favorise la créativité des salariés. Pourquoi pas faire des réunions tout en marchant (dehors bien entendu… pas toujours possible dans nos régions) afin de libérer les esprits ?

Il faut aussi s’intéresser plus aux compétences des uns et des autres plutôt qu’à leur fiche de poste

Lire la suite : Comment pérenniser ses stratégies business et innovation ?