Les Echos – Les débuts poussifs du crédit d’impôt innovation

18/06/2014

Les PME ne se sont pas précipitées. Leur crainte : que des dépenses éligibles au CIR basculent vers le CII, moins avantageux.

Lors de son lancement, voici près d’un an, le gouvernement tablait sur un succès immédiat du CII (crédit d’impôt innovation). Rappelons que le CII permet aux PME de récupérer 20 % de leurs dépenses d’innovation. L’assiette étant plafonnée à 400.000 euros, l’économie atteint 80.000 euros maximum. Las ! Malgré un bon accueil de principe, le CII ne tient pas ses promesses. D’après une étude de Global Approach Consulting et du Comité Richelieu, 42 % des PME envisageaient de l’utiliser pour la première fois en avril lors des déclarations fiscales. « Au final, beaucoup moins d’entreprises ont décidé d’utiliser ce dispositif », assure Valérie Marillat, directrice technique chez Global Approach Consulting.

Comment expliquer ce manque d’engouement ? La définition des activités éligibles crée des réticences. Comment distinguer ce qui relève de l’innovation et de la R&D ? La frontière entre les deux n’est pas évidente.

pour lire l’article en entier